Développer et promouvoir une intelligence territoriale et citoyenne en Méditerranée

Formation-action / 13 au 17 janvier 2015

Une rencontre inédite

Le réseau AREMDT, a organisé du 13 au 17 janvier 2015 à la Villa Méditerranée (Marseille, France) une formation collaborative réunissant 27 organisations porteuses d’actions et d'innovations citoyennes sur leur territoire. Ces organisations venaient du Maroc, d'Algérie, de Tunisie, d’Égypte, de Jordanie, du Liban, de Palestine, de Bosnie et de France afin de partager et enrichir leurs connaissances sur « l'entrepreneuriat solidaire et l’intelligence territoriale et citoyenne »

 

Les participants sont des entrepreneurs solidaires, des femmes et des hommes, des jeunes, des professionnels et des bénévoles, de cultures et de traditions religieuses différentes qui ont choisi de s’investir dans des secteurs étroitement imbriqués tels que le tourisme solidaire, le commerce équitable, l’agritourisme, ou dans la création d’activités d’économie solidaire. Travaillant dans des contextes parfois difficiles, ces acteurs se relient pour s'enrichir les uns des autres, renforcer leurs compétences, valoriser et pérenniser leurs activités solidaires.

Ils veulent construire une action commune porteuse de sens pour le développement humain de leur territoire.

 

De nouvelles coopérations d'entrepreneurs solidaires

Durant ces quatre jours, et grâce au partenariat de la Région Provence Alpes Côte d'Azur et du CCFD-Terre solidaire, les participants ont pu se rencontrer, partager leurs expériences et découvrir sur le terrain provençal des initiatives et actions enrichissantes, que ce soit dans l’économie sociale et solidaire, mais également dans le monde universitaire.

Des liens se sont créés. Des partenariats ont été amorcés pour établir des coopérations économiques et des projets communs.

AREMDT est né en 2007 avec comme objectifs :

  • de s'organiser en réseau sur le terrain, pour mener des actions collectives de développement territorial,
  • de renforcer et de partager des compétences et d'avancer dans une démarche de progrès en respectant une charte éthique commune.

La règle de base pour tous ces acteurs est de repositionner l’humain et l’environnement au cœur du développement territorial.


Renforcer les capacités d'innovations de la société civile afin de répondre aux besoins sur le terrain

L’objectif recherché ce mois de janvier à Marseille était donc de renforcer les compétences des différents participants, et soutenir leurs motivations à l’heure où la crise économique conjuguée à un contexte sécuritaire difficile pourraient en décourager plus d’un.


AREMDT est une des rares initiatives méditerranéennes capable de pouvoir faire remonter de manière structurée les besoins du terrain et mettre en lumière les innovations de petits entrepreneurs et porteurs de projets territoriaux.

Ainsi, comme le souligne le co-directeur de l’association Citoyens de la Terre Axel Frick, « Dans un premier temps, des habitants se mobilisent pour entreprendre un projet solidaire sur leur territoire, lequel peut ensuite se relier au réseau AREMDT grâce à une association représentative de la société civile qui va jouer le rôle d'animateur et de coordinateur des actions de terrain. »

Une illustration sur le territoire DE L'OASIS DE CHENINI en Tunisie

Située à 400 km au Sud-Est de Tunis, l’oasis de Chenini s'étend sur environ 165 hectares. Elle était l'ancienne zone de résurgence de plus de 400 sources naturelles qui alimentaient en eau l'oasis de Gabès (750 ha), unique oasis maritime au monde. L'urbanisation accélérée, la pression accrue sur les ressources naturelles et les changements du climat menacent cet écosystème avec pour conséquences la paupérisation des populations d'agriculteurs. Couvrant une superficie d’environ 300 ha, dont 50 ha d’espace de palmeraie, le secteur amont de l’oasis de Chenini (Ras-Eloued) est parmi les plus touchés par cette dégradation.

Des habitants ont décidé de réagir et de se constituer en Association de Sauvegarde de l’Oasis de Chenini (ASOC). Une centaine de paysans est directement concernée par le secteur.

L'ASOC est aussi l'association représentante du réseau RADDO (réseau d'associations de développement durable des Oasis)

Impliqué dans le réseau AREMDT depuis 2007, l’association s’efforce de remplir les objectifs suivants :

 

  • Création d’un jardin de la biodiversité arboricole de l’oasis et régénération in situ des espèces menacés
  • Création d’une station de compostage des déchets de palmiers dattiers de l’oasis et le développement d’une agriculture écologique dans les parcelles des paysans.
  • Création d’une parcelle de production des semences locales de l’oasis et chez les paysans Multiples actions (principalement au profit des femmes) de valorisation du savoir faire local et de développement d’activités génératrices de revenue.
  • Achat d’une maison dans la vieille Medina de Chenini et la mobilisation des moyens en vue de sa transformation en une structure d’accueil, de valorisation des produits de l’oasis (terroir et artisanat) et de mobilisation de la population et des oasiens pour la sauvegarde des oasis (centre de développement durable de l’oasis).

L'ASOC travaille aujourd'hui avec les réseaux AREMDT et RADDO afin de développer des activités de tourisme solidaire qui pourront appuyer le développement soutenable de son territoire.

 

Une expertise partagée sur le terrain

Durant ces 5 jours à Marseille, chaque porteur de projet aura pu pendre conscience des potentiels de développement de son activité en s’inspirant, ou en partageant son expérience avec d’autres.

C’est le cas de Najlae Merroun, actrice du Centre Leadership Féminin, à Larache au Maroc, un collectif de trente quatre associations dédiées au développement solidaire et équitable. L’action du RADEV (réseau des associations de développement) s’inscrit dans la dynamique du mouvement associatif marocain visant la réalisation d’un développement durable, solidaire et équitable, avec et pour les citoyens et citoyennes. Najlae témoigne : « Avant de partir, j’avais déjà une idée de projet à mettre en place. Cette formation-action m’a permis de voir les réalités de l’entrepreneuriat solidaire à Marseille, et d’analyser certains points pour en tirer le meilleur pour mon projet au Maroc. ».

Comme tous les autres, l’une des rencontres fortes fut celle du directeur de la SCOP marseillaise «E.P.I.C.E.» qui s’associe avec des producteurs locaux et des importateurs, pour proposer une solution d’approvisionnement en produits alimentaires secs et boissons sélectionnés selon des critères de qualité, éthiques et écologiques avec la volonté de participer au développement de filières équitables, du producteur au consommateur, au Nord comme Sud.


Autre témoignage, autre retour de partage d’expériences entre Tahar El Ghazoui, de l’Association Mouloya à Missour au Maroc et Hôtel du Nord. Hôtel du Nord est une Coopérative d'habitants pour découvrir Marseille-Provence avec ceux qui y vivent, travaillent et habitent. Tahar témoigne : « J’ai été inspiré par Hôtel du Nord: des petits gîtes qui se réunissent en coopérative pour valoriser ensemble leur offre et leur territoire. Je compte proposer la création d’une coopérative ou association aux gîteurs de ma région dés le mois prochain! »


Forte de ces retours enthousiastes, Citoyens de la Terre met en place différents groupes de travail afin de capitaliser sur cette première expérience.


Parmi les pistes en cours d’élaboration, un groupe de travail s’orientera sur les moyens de valoriser et diffuser les dynamiques de développements du réseau AREMDT. L’association DEFISMED a notamment été associée. DEFISMED œuvre pour accompagner les territoires méditerranéens dans leur développement soutenable. Elle développe des dispositifs expérimentaux participatifs tels que le 1er MOOC (formation gratuite et accessible sur le web) dans le monde sur l’écotourisme auquel elle a contribué.


DEFISMED était représentée par Samiha Khelifa, sa vice-présidente. Avec elle et notamment la Tunisie, se profilent des axes de développements qui pourraient trouver un rapprochement avec ceux lancés par AREMDT. Ainsi, l’idée d’appeler à la constitution d’un fonds institutionnels permettant de lancer deux appels à petits projets chaque année dont le financement favorisera l’accompagnement-développement de projets de développements dans les territoires.


Les jeunes, l'Université et la Recherche mobilisés pour cette action collective


Une autre piste de travail est celle d’une recherche-action appuyée par le monde universitaire. Corinne Van Der Yeught est Maître de conférences à l'Institut d'Administration des Entreprises Université de Toulon. Avec le laboratoire GRM (Groupe de Recherche en Managment), Corinne se propose d’accompagner les membres d’AREMDT en commençant par leur communiquer un questionnaire commun qui lui permettra de mesurer les freins et les potentiels de développement des projets.


Corinne Van Der Yeught a accueilli l’ensemble des participants à l’Université de Toulon en organisant un partage d’expériences avec une assemblée de 50 étudiants en 2e cycle. Les participants ont tous eu un avis unanime, y compris les étudiants, cette expérience fut très riche. La dimension citoyenne de ces porteurs de projets et futurs professionnels incarnés par les étudiants fut au cœur des discussions avec la prise de conscience de tout ce qu’implique l’éthique dans un projet de développement : le repositionnement de l’homme au cœur économique, le respect des populations locales et la préservation de l’environnement. Les problématiques ne sont pas toujours les mêmes en Algérie pour les femmes, au Liban pour le tourisme frontalier avec la Syrie ou au Maroc, pays fortement dépendant d’un tourisme de masse balnéaire. Néanmoins les objectifs sont les mêmes et la volonté de se renforcer commune.

Ces rencontres du réseau AREMDT ont doncpermis à ne nombreux acteurs de la société civile Méditerranéenne d’exprimer et de renforcer leurs liens et leur capacité d'intelligence collective. Les témoignages après le retour de chacun le reflètent bien.



Focus sur...

Cette formation-action a permis de recueillir et mettre en lumière trois initiatives mettant en avant des acteurs engagés pour leur territoire et une intelligence territoriale et citoyenne en Méditerranée.

  • SODEV au Maroc
  • ALTERURAL en Bosnie
  • MADA, FAIR TRADE LEBANON, et 33 NORTH au Liban

témoignages des participants...

BOSNIE (ALTERURAL)

"Un grand merci pour votre accueil à Marseille. Les rencontres et les échanges ont été très riches pour nous dans les Balkans; Le réseau AREMDT m'a permis de découvrir des initiatives inspirantes dans des lieux magnifiques, et de mieux formuler les enjeux communs aux actions de la société civile dans l'ESS, et des pistes de réponses pour consolider l'avenir de notre association Alterural.

Dans ces expériences partagées, j'ai retrouvé beaucoup de la Bosnie et de l'ex-Yougoslavie, une histoire récente fracturée, l'importance des liens sud-sud ou est-est, la mobilisation importante de la diaspora dans le développement des territoires...Merci encore pour les bons moments partagés!

Salutations chaleureuses et solidaires de Sarajevo!"


LIBAN (FAIRTRADE LEBANON):

"Je voudrais remercier tous ceux qui ont organisé ce séjour, et tous ceux qui ont participé, intervenu et partagé leurs idées. C'était vraiment un séjour enrichissant en terme de d'échange d'expériences et d'idées. C'était une source d'inspiration d'entendre parler de vos efforts pour promouvoir un tourisme, vers une économie plus sociale et solidaire.

J'espère qu'on continuera nos échanges sur les réseaux de l'internet, afin de regrouper nos efforts et soutenir les uns les autres."


FRANCE (ACCUEIL PAYSAN)

"Pour moi aussi, cette semaine a été formidable, je trouve que chacun a bien pu exprimer son point de vue. je crois qu'ensemble nous pouvons contribuer à produire de la réflexion à partir de ce qui se vit et s'invente dans les territoires. Hier je rencontrais des chercheurs à l'université ils ressentaient eux aussi  la nécessite d'aller à la rencontre des acteurs de terrain sachant que le modèle de développement appliqué à la planète est prédateur et non durable. J'en ai profité pour programmer une réunion à Montpellier où nous allons parler des relations avec le groupe de chercheurs PARME qui  concerne plus de 10 pays du sud de la méditerranée. Du 20 février au premier mars je vais à la demande d'un petit territoire Palestinien réfléchir sur le tourisme solidaire, je vous en enverrai les conclusions. Je prévois rencontrer Issa au cours de ce petit séjour. 

Avec toute mon amitié et au plaisir de réfléchir et d'agir ensemble"


TUNISIE (Association des jeunes de ZAMMOUR) :

"Salam à tous, c’était une formation enrichissante et conviviale, je suis très heureux d’y avoir participé.

Une expérience humaine très riche dont je garderai un grand souvenir."


ALGERIE (Femmes en communication):

"Sabah El Nour wa el Barakat, j'ai passé un excellent séjour auprès de vous tous de partage et de réflexions et bien sur pour avancer beaucoup de questions que je poserais à notre réseau. En souhaitant que nos collaborations continuerons sur le terrain, sur la toile du net ou avec tout les outils qu'on s'est proposé, je suis ravie de vous avoir tous connu, et in challah fiha Khir

au plaisir d'échanger avec vous"




aremdt...

AREMDT compte une dizaine d’organisations membres sur le pourtour méditerranéen mobilisés par une charte. L’objectif principal du réseau est de renforcer les capacités de développement de ses membres par la mutualisation de leurs expériences et la formation-développement, tout en évaluant leurs pratiques au regard des principes de la charte.


Aujourd’hui, AREMDT bénéficie du programme de formation collaborative porté par Citoyens de la Terre dans le cadre de l’appel à projet de coopération financé par la Région PACA, soutenu par le CCFD-Terre Solidaire et le CARI. Un programme d’autant plus utile que, AREMDT est composé d’acteurs dont les niveaux d’investissement et de maturité sont diversifiés. Chaque membre possède des enjeux communs de développement soutenable mais des niveaux d’expériences, de compétences et des contextes de travail parfois très différents.


En ce sens Citoyens de la Terre et SODEV, ont un rôle important et complexe, de coordination et d'animation de réseau, à jouer aux côtés de tous les acteurs AREMDT pour à la fois renforcer les capacités des membres et faire émerger des actions d’intelligence collective en Méditerranée, en intégrant et valorisant ces différences.